21 juillet 2014
   
Partir en Palestine, agir, témoigner, rompre l'isolement : des citoyens avec le peuple palestinien
 
 
 
 
Accueil Informations
 
Imprimer Imprimer la page Partager Partager URL doc Syndiquer tout le site Syndiquer tout le site URL doc
Le Président de l’Université Paris 8 vient de prendre la lourde décision de fermer l’Université lundi et mardi. Le colloque n’aura donc pas lieu à Paris 8, mais à la Bourse du travail de Saint-Denis, aux heures et aux dates prévues.à partir de 8h45 à la Bourse du travail de Saint-Denis ((9-11 rue Génin, Métro Saint-Denis Porte de Paris)

Communiqué en début d’article
publié le jeudi 16 février 2012.

Le Collectif Palestine Paris 8 condamne la fermeture de l’Université. Le Colloque aura donc lieu, malgré nous, à la Bourse du travail de Saint-Denis

Nous venons de prendre connaissance du communiqué de la direction de Paris 8 informant la communauté universitaire de la fermeture administrative de l’établissement jusqu’au 29 février.

La direction de Paris 8 rejette la responsabilité de cette décision grave sur les organisateurs du colloque « Israël : un Etat d’apartheid ? » qui, malgré l’interdiction prononcée par le Président, avait décidé de maintenir le colloque à l’Université.

Nous assumons le choix que nous avons fait et ne nous considérons pas comme responsables de la fermeture de l’Université, grave décision que nous condamnons. Car c’est bien l’obstination du Président à refuser la tenue du colloque à Paris 8, malgré la lettre des 500 universitaires et chercheurs, malgré les protestations des étudiants de Paris 8 (plus de 1000 pétitions signées !), malgré les condamnations de la plupart des syndicats et associations de l’université, et malgré les prises de position de plusieurs départements de Paris 8, qui a conduit à cette situation de blocage.

En décidant de fermer l’Université, la direction de Paris 8 reconnaît implicitement qu’elle est isolée et qu’elle n’a pas les moyens de faire respecter sa décision illégitime. Organisé à Paris 8, le colloque, avec un riche programme et plus de 300 inscrits, aurait été un succès, de toute évidence intolérable pour certains.

En prenant cette décision et en invoquant les prétendues « menaces » (lesquelles ?) qu’aurait fait planer le colloque, le Président sacrifie les libertés pédagogiques et la liberté de critique qu’il prétendait défendre en interdisant l’événement. Nous invitons donc l’ensemble des étudiant-e-s de Paris 8 à exercer ces libertés, dont ils viennent d’être abusivement privés, en assistant au colloque.

Nous l’avons toujours dit : le colloque aura lieu. Mais il ne pourra bien évidemment pas se tenir dans une université fermée par son Président. En conséquence, et au vu de l’urgence, nous avons décidé d’organiser le colloque à la Bourse du travail de Saint-Denis, aux dates et heures prévues.

Le colloque débutera, à 9h, par une déclaration du Collectif Palestine Paris 8, revenant sur les conditions « particulières » de la tenue du colloque. La presse est bien évidemment conviée à ce rendez-vous, à l’occasion duquel elle pourra poser des questions aux organisateurs et organisatrices.

Un accueil sera organisé à Paris 8 pour expliquer la situation aux étudiant-es et pour diriger vers la Bourse du travail celles et ceux qui n’auraient pas eu l’information.

Nous appelons donc tous les inscrits et toutes celles et tous ceux qui veulent participer au colloque à se retrouver lundi matin, à partir de 8h45, à la Bourse du travail de Saint-Denis (9-11 rue Génin, Métro Saint-Denis Porte de Paris, LIgne 13).

Le Collectif Palestine Paris 8

Soutenu par : AURDIP, Oxygène, Sud, Tikli, UEAF Paris 8, UNEF Paris 8, UEC, NPA.


Malgré l’interdiction, le Colloque « Israël : un État d’apartheid ? » aura lieu à Paris 8

Nous prenons acte de la décision du juge des référés du Tribunal Administratif de Montreuil : du fait de la mise à disposition d’une salle municipale, l’atteinte à la liberté d’expression constituée par le retrait de l’autorisation du colloque « Israël : un État d’apartheid ? » n’est pas « grave et manifestement illégale » au sens du Code de Justice Administrative.

Le rejet du référé traite de l’urgence, mais laisse entier le débat sur le fond. Aucune loi et aucune décision de justice n’interdit aujourd’hui à des étudiant-e-s d’inviter dans une université des chercheurs et des spécialistes du conflit opposant Israël aux Palestiniens pour y présenter leurs travaux et leurs opinions.

C’est pourquoi après nous être réuni-e-s, nous avons pris deux décisions :

- Le Collectif Palestine Paris 8 attaque devant le tribunal administratif la décision du président de l’Université pour excès de pouvoir, et une requête en ce sens sera déposée dès lundi. Elle sera rendue disponible auprès de tous : contre l’arbitraire, force doit rester à la loi !
- Nous maintenons le colloque tout en refusant « l’offre généreuse » de Paris 8 : nous délocaliser à la Bourse du travail de Saint-Denis.

Nous sommes un collectif d’étudiant-es de Paris 8, dont l’objectif est d’entretenir et de développer les débats au sein de notre université. Nous avons invité plusieurs universitaires et chercheurs, dont les travaux ont le droit d’être présentés dans une université. Nous tenons à ce que notre université demeure un lieu de débat et de libre expression, malgré les intimidations des uns et la timidité de l’autre.

Le colloque aura donc lieu à Paris 8, malgré le volte-face du Président de l’Université qui, après avoir autorisé l’initiative, a osé suggérer, dans une indigne « tribune » publiée dans le journal Le Monde, que celle-ci pourrait donner lieu à des « dérapages antisémites ». Accusation infâmante, dont l’emploi n’a d’autre but que de discréditer l’autre, faute de pouvoir le contredire.

Nous appelons donc tous les défenseurs de la liberté d’expression et de pensée, de même que toutes celles et tous ceux qui pensent que l’Université doit être préservée de toute forme de censure et de pression politique, à se joindre à nous en assistant au colloque.

Un seul rendez-vous : lundi 27 février, à 8h45 précises, à l’Université Paris 8 (2 rue de la liberté à Saint Denis, Métro Saint-Denis Université). La salle du colloque sera fléchée à partir de l’entrée de l’Université.

« Il n’y a pas longtemps, c’étaient les mauvaises actions qui demandaient à être justifiées. Aujourd’hui ce sont les bonnes. » (Albert Camus)

Le collectif Palestine Paris 8

Soutenu par : CGT-FERC Sup Paris 8, La Dionysoise, Sud-Étudiant-e-s, Unef Paris 8, UEAF, UEC, NPA.

En ligne sur : http://collectifpalestineparis8.ove...


Point infos vendredi 24 février

Les dernières informations concernant le Colloque "Israël : un État d’apartheid ?" et le combat contre son interdiction. ( Mail à faire circuler largement)

1) Ce vendredi à 14h, le tribunal administratif de Montreuil nous convoque pour une audience suite au dépôt de notre référé-liberté, qui vise à casser la décision du Président de Paris 8. Si nous vous tiendrons bien évidemment informés du résultat de cette plainte et de cette audience, chacun-e peut néanmoins venir y assister puisqu’elle est publique.

2) Les inscriptions pour le colloque continuent d’affluer. Plus de 250 à ce jour. Une seule adresse pour s’inscrire :iawparis8@gmail.com

3) Ce jeudi soir, Céline Lebrun (Collectif Palestine Paris 8), Ivar Ekeland (Président honoraire du Conseil Scientifique de l’ENS et de l’Université Paris-Dauphine) et Julien Salingue (Université d’Auvergne) étaient les invités du Forum Débat de Beur FM pour parler du colloque. L’émission peut être écoutée en se rendant sur la page suivante :

http://collectifpalestineparis8.ove...

4) Cette semaine, l’ENS, puis l’EHESS, ont refusé d’attribuer des salles à des étudiants qui souhaitaient organiser des conférences sur la Palestine. Une réaction collective a été décidée, avec l’organisation d’un meeting le 29 février au soir à la Bourse du Travail (rue du Château d’eau), contre la censure et pour la liberté d’expression, en présence (entre autres) de Stéphane Hessel et d’Omar Barghouti. Tous les renseignements sur :

http://collectifpalestineparis8.ove...


Point infos jeudi 23 Février

Les dernières informations concernant le Colloque "Israël : un État d’apartheid ?" et le combat contre son interdiction. ( Mail à faire circuler largement)

1) Ce vendredi à 14h, le tribunal administratif de Montreuil nous convoque pour une audience suite au dépôt de notre référé-liberté, qui vise à casser la décision du Président de Paris 8. Si nous vous tiendrons bien évidemment informés du résultat de cette plainte et de cette audience, chacun-e peut néanmoins venir y assister puisqu’elle est publique.

2) Les inscriptions pour le colloque continuent d’affluer. Plus de 250 à ce jour. Une seule adresse pour s’inscrire : iawparis8@gmail.com

3) Ce jeudi soir, Céline Lebrun (Collectif Palestine Paris 8), Ivar Ekeland (Président honoraire du Conseil Scientifique de l’ENS et de l’Université Paris-Dauphine) et Julien Salingue (Université d’Auvergne) étaient les invités du Forum Débat de Beur FM pour parler du colloque. L’émission peut être écoutée en se rendant sur la page suivante :

http://collectifpalestineparis8.ove...

4) Cette semaine, l’ENS, puis l’EHESS, ont refusé d’attribuer des salles à des étudiants qui souhaitaient organiser des conférences sur la Palestine. Une réaction collective a été décidée, avec l’organisation d’un meeting le 29 février au soir à la Bourse du Travail (rue du Château d’eau), contre la censure et pour la liberté d’expression, en présence (entre autres) de Stéphane Hessel et d’Omar Barghouti. Tous les renseignements sur :

http://collectifpalestineparis8.ove...

Merci pour votre soutien, et merci de faire circuler largement ces infos ..


Point infos mercredi 22 février

Les dernières informations concernant le Colloque "Israël : un État d’apartheid ?" et le combat contre son interdiction. ( Mail à faire circuler largement)

1) Un référé-liberté sera déposé demain au tribunal administratif pour annuler la décision du président de l’Université. Le jugement sera rendu sous 48h. Donc au plus tard samedi matin.

2) Les inscriptions pour le colloque continuent d’affluer. Plus de 200 à ce jour. Une seule adresse pour s’inscrire : iawparis8@gmail.com

3) Le Snesup de Paris 8 a adressé une lettre au Président pour lui demander de lever l’interdiction :

"Monsieur le Président,

Le Snesup vous demande instamment de revenir sur votre décision de vendredi concernant la tenue d’une manifestation intitulée "Des nouvelles approches sociologiques, historiques et juridiques à l’appel au boycott international : Israël, un Etat d’apartheid ?" (...)"

La suite sur : http://collectifpalestineparis8.ove...

4) Le département Méditerranée/Monde Maghrébin de Paris 8 a lui aussi pris position :

"Nous apprenons avec stupeur et étonnement la décision de la direction de l’Université de retirer, après l’avoir donné, l’autorisation de la tenue d’un colloque intitulé « Des nouvelles approches sociologiques, historiques et juridiques à l’appel au boycott international : Israël : un État d’apartheid ? », qui devait se tenir les 27 et 28 février prochains à Paris 8 sous l’égide de spécialistes venus de différents pays (...)".

La suite sur : http://collectifpalestineparis8.ove...

5) Plusieurs organisations juives ont pris position contre la décision de Paris 8 ces derniers jours, démontrant une fois de plus que le CRIF n’a pas le monopole sur la représentation des Juifs de France, et que le chantage à l’antisémitisme ne prend pas :

- L’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) :

"L’Union Juive Française pour la Paix (UJFP), comme de très nombreux partisans de la liberté d’expression et du respect du droit, est consternée par votre décision d’annuler le colloque qui était prévu dans votre université les 27 et 28 février prochains sur le thème « Israël, Etat d’apartheid ? » (...)"

La suite sur http://collectifpalestineparis8.ove...

- Une Autre Voix Juive (UAVJ) :

"UAVJ s’oppose énergiquement à la suppression du colloque de Paris VIII, prévu les 27 et 28 février à l’Université Paris VIII. Ce colloque, organisé par le collectif Palestine de Paris VIII, comptait sur la participation d’intervenants internationaux. Cette interdiction constitue une atteinte grave à la liberté d’expression. (...)"

La suite sur http://collectifpalestineparis8.ove...

- L’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide (UJRE) :

http://collectifpalestineparis8.ove...

6) La "lettre des 100" est devenue la lettre des 500, avec la publication de 200 nouveaux noms d’universitaires et/ou de chercheurs. La nouvelle liste est disponible ici :

http://collectifpalestineparis8.ove...

7) La lettre ouverte au Président de Paris 8 continue d’être signée bien au-delà du milieu de l’enseignement et de la recherche. C’est ainsi qu’une pétition reprenant les termes de la lettre est signée à Paris 8 : à l’heure actuelle, près de 800 étudiant-e-s l’ont signée.


Point infos mardi 21 février

Quelques informations concernant le colloque de Paris 8 et la mobilisation contre son interdiction. (à faire circuler largement)

1) La "lettre des 100" est devenue la "lettre des 300", puisqu’en moins de 24 heures 200 universitaires et chercheurs ont ajouté leur signature. Il faut continuer de la faire signer. Une seule adresse :

censurecolloqueparis8@gmail.com

http://blogs.mediapart.fr/edition/l...

2) A Paris 8, le département de Science politique et le département de Philosophie ont pris position contre l’interdiction du colloque. D’autres devraient suivre.

Science politique :

Le département de science politique exprime son soutien au comité d’organisation du colloque "Israël, un Etat d’apartheid ?" - en condamnant l’interdiction de cet évènement par la présidence de l’Université de Paris 8. Nous considérons que cette interdiction relève de la basse politique. La présidence, en invoquant des raisons relatives à la "neutralité idéologique" et au "maintien de l’ordre", porte diversement atteinte à l’indépendance de la recherche et à la liberté d’expression.

http://collectifpalestineparis8.ove...l

Philosophie :

http://collectifpalestineparis8.ove...

3) Un appel unitaire, signé entre autres par le PCF, le PG, le NPA, Europe Ecologie-Les Verts, la CGT, la FSU, Solidaires, l’UNEF, le MRAP, le Mouvement de la Paix, Attac, etc... a été publié aujourd’hui.

http://collectifpalestineparis8.ove...

4) La mobilisation s’organise également au niveau international, avec un appel signé par plus d’une centaine d’organisations.

http://collectifpalestineparis8.ove...

5) Le CRIF publie les "biographies" des intervenants au Colloque.

http://crif.org/actualites/bio-des-...

No comment. Sinon qu’il y a des erreurs dans chacune d’entre elles...

6) Un rendez-vous est prévu demain (mardi) avec le Président de Paris 8.

Nous vous tenons informés de la suite.

Merci pour votre soutien, et merci de faire circuler ce mail.

Julien Salingue


Interdiction du colloque sur Israël à Paris 8 : non à la censure, oui à la liberté d’expression !

Communiqué du Collectif Palestine Paris 8

Le Collectif Palestine Paris 8 apprend avec consternation l’interdiction du colloque « Des nouvelles approches sociologiques, historique et juridiques à l’appel au boycott international : Israël, un Etat d’apartheid ? » (dont le programme est disponible ici).

L’Université Paris 8 avait donné son accord en connaissance de cause, et a fixé des conditions propres répondant au régime de la liberté d’expression à l’Université. Le Collectif Palestine Paris 8 a respecté le contenu annoncé et les conditions fixées, ce qui est reconnu par l’Université.

Pour revenir sur cet accord respecté, l’Université évoque des troubles à l’ordre public qui ne sont en rien établis et qui pourraient très bien être gérés.

Nous ne pouvons donc en aucune manière accepter cette remise en cause d’un accord, alors que la réunion respectait pleinement le cadre légal.

Cette décision ayant été prise sans que nous ne soyons informés de la moindre difficulté, nous avons sollicité un rendez vous à la Présidence de l’université, pour lui demander de reconsidérer son point de vue, et obtenir des explications sur la nature des « troubles à l’ordre public » invoqués.

Notre registre d’action est le droit, et nous engagerons les recours adaptés si la présidence de l’université maintenait ce retrait d’autorisation.

Contact : collectifpalestineparis8@gmail.com - 06.72.96.04.21.

Source : http://collectifpalestineparis8.ove...

Cancelation of the symposium "Israel, an Apartheid State ? » : Press release of the Palestine Paris 8 collective

The Palestine Paris 8 collective was appaled when learning the cancellation of the symposium "New sociological, historical and judicial approaches to the call for international boycott : Israel, an Apartheid State ?" (program here).

Paris 8 gave its agreement knowingly, and determined proper conditions corresponding to the regimen of academic freedom of expression. The Palestine Paris 8 collective respected the advertized contents and the conditions as set, and this is admitted by the University.

To reverse its decision, the university refers to "public disturbances" which are in no way established and which could be perfectly well managed.

Therefore, in no respect can we accept this reconsideration of an agreement while the meeting was fully respectful of the legal framework.

Since this decision was taken while we were not informed of any problem, we have asked for an appointment with the chairman of the University to ask him to reconsider his viewpoint, and to obtain explanations regarding the contents of the alledged "public disturbances".

Our framework of action is the Law, and we will initiate appropriate legal recourses if the chairmanship of the University upholds this withdrawal of permission.


MESSAGE DU COLLECTIF PALESTINE DE PARIS 8

Bonjour a tous,

Comme vous le savez, l’autorisation du colloque organisé par le Collectif Palestine Paris 8 autour de la question "Israël, un Etat d’apartheid ?" qui devait avoir lieu a Paris 8 a été retirée par le président de notre université.

Face à cette censure, nous avons dans un premier temps rédigé un communiqué pour dénoncer cette interdiction et réaffirmer notre droit à tenir ce colloque et notre détermination à exercer ce droit. Rendez-vous a été pris avec le président de l’université lundi. Notre objectif est double : comprendre ce qu’il s’est passé et tenter, par le dialogue, de faire revenir la présidence sur sa décision. Si ça n’était pas le cas, nous aurions alors recours au tribunal administratif.

Quelque soit la décision de la présidence, nous réaffirmons une fois de plus notre détermination. Le colloque aura lieu, à Paris 8 ou ailleurs. Et ce sera un succès. C’est pourquoi, plus que jamais, il est primordial de faire tourner l’information autour de ce colloque et de s’y inscrire afin que les gens qui souhaitent assister au colloque soient tenus informés. Nous maintenons pour le moment Paris 8 comme lieu de l’événement.

Par ailleurs, nous appelons tous les gens, soucieux de liberté et de justice en Palestine et en France, à organiser, multiplier les colloques, journées d’étude, conférences autour de cette question simple qu’il nous est aujourd’hui interdit de poser : "Israël, un Etat d’apartheid ?"

Le Collectif Palestine Paris 8

Réservations pour le colloque : iawparis8@gmail.co


Lettre des 100 contre l’interdiction du colloque « Israël : un État d’apartheid ? »

Suite à l’interdiction du colloque prévu à Paris 8 intitulé « Israël : un État d’apartheid ? », Mediapart publie la lettre d’un collectif de chercheurs et de personnalités, parmi lesquels Étienne Balibar, Jacques Rancière, Olivier Roy, François Burgat, Sylvie Tissot, Alain Bertho, Roshdi Rashed ou Luc Boltanski.

Pour signer la lettre ouverte, écrire à censurecolloqueparis8@gmail.com.

À l’attention de Pascal Binczak, Président de l’Université Paris 8

Monsieur le Président,

Nous tenons par la présente à vous faire part de notre consternation suite à votre décision de retirer l’autorisation que vous aviez préalablement accordée à la tenue du colloque « Des nouvelles approches sociologiques, historiques et juridiques à l’appel au boycott international : Israël : un État d’apartheid ? », qui devait se tenir les 27 et 28 février prochains dans votre établissement.

Cette décision nous semble particulièrement grave puisqu’elle met en péril la liberté d’expression et les libertés académiques. Les motifs que vous invoquez, et notamment le risque de « troubles à l’ordre public », ne nous semblent guère convaincants au regard des implications de votre décision.

Nous avons en effet appris que la direction de l’Université avait pris connaissance du programme du colloque et de la liste des intervenants avant de donner son accord, et que le Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes avait même attribué une subvention de 2500 euros à l’initiative.

C’est donc bien suite à des pressions, voire des menaces venues de l’extérieur que vous avez décidé de faire machine arrière. Cela nous semble particulièrement préoccupant : l’Université doit-elle se soumettre aux pressions politiques, de quelque ordre qu’elles soient ? N’est-ce pas précisément sa fonction que de permettre que les libertés académiques puissent s’exercer dans les meilleures conditions ?

Nous ne partageons pas nécessairement les vues et les objectifs du colloque des 27 et 28 février. Mais l’essentiel n’est pas là. Ce qui est en jeu est en effet le droit de mettre en débat dans l’espace public, en l’occurrence dans ce lieu symbolique qu’est l’Université, des travaux et des opinions qui méritent d’être entendues et qui ne sont en aucun cas répréhensibles d’un point de vue légal.

Que le CRIF ne souhaite pas que certaines positions soient défendues est une chose. Qu’une institution universitaire cède à la pression et aux menaces en est une autre. Imaginerait-on un colloque sur le Tibet annulé au motif que des représentants officiels ou officieux du gouvernement chinois menaceraient de troubler l’événement ?

Monsieur le Président, il n’est pas trop tard pour reconsidérer votre décision. Ce serait au contraire tout à votre honneur de revenir à votre position initiale en permettant à ce colloque de se dérouler dans votre établissement, dont chacun mesure le précieux héritage, et de refuser de céder aux injonctions des adversaires de la liberté d’expression.

Pour signer la lettre ouverte, écrire à censurecolloqueparis8@gmail.com.

Premiers signataires : Gilbert Achcar (Professeur, École des études orientales et africaines, Université de Londres), Catherine Achin (Professeure, Science politique, Université Paris-Est Créteil), Mateo Alaluf (Sociologue, Université Libre de Bruxelles), Nicolas Angelet (Juriste, Université Libre de Bruxelles), Elena Aoun (Politologue, Université Libre de Bruxelles), Loïc Artiaga (MCF, Histoire, Université de Limoges), Houda Ayoub (ENS), Bertrand Badie (Professeur, Science Po Paris), Étienne Balibar (Professeur émérite, Université Paris-Ouest-Nanterre), Sophie Basch (Professeur des Universités, Université Paris-Sorbonne), Sarah Benabou (Anthropologue), Alain Bertho (Anthropologue, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis), Rudolf Bkouche (Professeur émérite, Université Lille I), Luc Boltanski (Sociologue), Pascal Boniface (Directeur de l’IRIS, IEE Paris VIII), Jean-Raphaël Bourge (ATER, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis), Nadir Bouzama (Professeur des Universités, UPMF Grenoble, chercheur PACTE CNRS), Alain Brossat (Professeur émérite, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis), Sebastian Budgen (Éditeur), François Burgat (Politologue), Philippe Büttgen (Professeur, Philosophie, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne), Sylvain Cantaloube (CNRS), Vanessa Caru (Historienne), Anissa Castel-Bouchouchi (Professeure de philosophie en classe préparatoire), Cristina Cerami (Chargée de recherche (CR1) au CNRS), Jean-Paul Chagnollaud (Professeur des Universités), Grégoire Chamayou (Philosophe, CNRS-ENS Lyon), Marion Charpenel (ATER, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis), Suzanne Citron (Historienne), Pierre Clément (MCU honoraire, Didactique de la biologie, Université Lyon I), James Cohen (Professeur, Institut du monde anglophone, Université Paris III), Philippe Corcuff (MCF, Science politique, IEP de Lyon), Olivier Corten (Juriste, Université Libre de Bruxelles), Pascal Crozet (Chargé de recherche au CNRS, Université Paris-Diderot), Eric David (Juriste, Université Libre de Bruxelles), Sonia Dayan-Herzbrun (Professeure émérite, Université Paris-Diderot), Laurence De Cock, (Professeure d’Histoire-Géographie dans le secondaire, Université Paris-Diderot), Nelcya Delanoë (Professeure émérite, Université Paris-Ouest Nanterre), Christine Delphy (Directrice de recherche émérite au CNRS), François Dubuisson (Juriste, Université Libre de Bruxelles), Cédric Durand (MCF, Économie, Université Paris XIII), Ivar Ekeland (Président honoraire du conseil scientifique de l’ENS et de l’Université Paris-Dauphine), Gérard Faÿ (Géographe, Université Paris-Diderot), Jacques Fontaine (MCF honoraire, Université de Franche-Comté), Franck Gaudichaud (MCF, Université Stendhal-Grenoble III), Jean-Luc Gautero (MCF, Philosophie des sciences, Université de Nice-Sophia Antipolis), Ferial Ghazoul (Université Américaine du Caire), Yves Gonzalez-Quijano (MCF, Université Lyon II, GREMMO, Chercheur en delegation à l’IFPO Beyrouth), Simon Grivet (Historien), Hugo Harari-Kermadec, (MCF, ENS-Cachan), Samuel Hayat (Chargé de cours, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis), Philippe Icard (MCF, Droit public, Université de Bourgogne), Richard Jacquemond (Enseignant-chercheur, Université d’Aix-Marseille), Samuel Johsua (Professeur émérite, Université d’Aix-Marseille), Nicolas Jounin (MCF, Sociologie, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis), Jean-Michel Kantor (Mathématicien, IMJ, Université Paris-Diderot), Razmig Keucheyan (MCF, Sociologie, Université Paris Sorbonne), Azadeh Kian (Professeure de sociologie, Directrice du CEDREF, Université Paris-Diderot), Anne Lagerwal (Juriste, Université Libre de Bruxelles), Christian Lavault (Professeur émérite, Université Paris XIII), Michel Le Bellac (Professeur émérite, Université de Nice-Sophia Antipolis), Hervé Le Crosnier (MCF, Université de Caen et Institut des Sciences de la Communication du CNRS), Frédéric Lebaron (Professeur, Sociologie, Université de Picardie), Olivier Lecour Grandmaison (Historien), Jean-François Legrain (CNRS-GREMMO), Catherine Lévy (Sociologue CNRS à la retraite), Jean-Marc Lévy-Leblond (Professeur émérite, Université de Nice-Sophia Antipolis), Daniel Lindenberg (Professeur émérite, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis), Michael Löwy (Sociologue), Henri Maler (MCF, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis), Amina-Aïcha Malek (Archéologie, CNRS-ENS), Dominique Manotti (MCF en retraite), Gilbert Meynier (Professeur émérite, Université Nancy II), Régis Morelon (Directeur de recherche émérite au CNRS, Histoire des sciences), Hugo Moreno (MCF en retraite, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis), Pierre Nicodeme (Informatique, CNRS, Université Paris-Nord), Joseph Oesterlé (Professeur à l’Université Pierre et Marie Curie), Philippe Olivera (Enseignant en lycée, éditeur), Elsa Oréal (Linguistique, CNRS), Anne-Marie Perrin-Naffakh (Professeure des Universités (en retraite), Bordeaux III), Louis Pinto (Sociologue, CNRS), Emmanuelle Picard (Historienne, ENS Lyon), Frédéric Pierru (Politiste, chercheur), Raphaël Porteilla (MCF, Science politique, Université de Bourgogne), Jacques Rancière (Professeur émérite, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis), Marwan Rashed (Histoire de la philosophie, ENS), Roshdi Rashed (Directeur de recherche émérite au CNRS, Professeur honoraire à l’Université de Tokyo, histoire et philosophie des sciences), Luciana Romeri (MCF, Langue et littérature grecque, Université de Caen), Olivier Roy (Directeur de recherche au CNRS), Julien Salingue (ATER, Science politique, Université d’Auvergne), Grégory Salle (Sociologue, CNRS), Catherine Samary (MCF, Économie, Université Paris-Dauphine, associée à l’IEE Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis), Fatou Sow (Chargée de recherche au CNRS), Pierre Schapira (Professeur émérite, Mathématiques, Université Pierre et Marie Curie), Jihane Sfeir (Politologue, Université Libre de Bruxelles), Pierre Signoles (Professeur émérite, Université de Tours), Rabah Tahraoui (Professeur, Université de Rouen), Sylvie Tissot (Professeure, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis), Claudio William Veloso (Chercheur indépendant, membre associé du LIS-UPEC), Dominique Vidal (Historien), Dror Warschawski (Chargé de Recherche, CNRS), Clemens Zobel (MCF, Science politique, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis).

http://blogs.mediapart.fr/edition/l...


27 FÉVRIER

L’APARTHEID, UN CONCEPT PERTINENT POUR L’ANALYSE DE LA QUESTION PALESTINIENNE ?

09h00 | Introduction

09h10 | Le concept d’apartheid en droit international : questions pour une application au cas d’Israël

– François Dubuisson, professeur de Droit International à l’Université Libre de Bruxelles, expert entendu lors du Tribunal Russell sur la Palestine

1ère table ronde : État des discriminations en Israël

09h30 | La situation des Palestiniens de 1948

09h50 | La situation des Bédouins en Israël

2ème table ronde : Discriminations dans les territoires palestiniens occupés

11h00 | L’apartheid spatial dans les Territoires palestiniens occupés : colonies, zonage, mur, routes et eau.

– Jacques Fontaine, maître de conférences honoraire à l’Université de Franche-Comté et chercheur au laboratoire ThéMA

11h20 | Territoires palestiniens occupés : l’« administration civile » de l’Apartheid

– Julien Salingue, doctorant en Science Politique, enseignant à l’Université d’Auvergne et membre fondateur du CCMO, Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient

11h40 | La normalisation de la colonisation à Jérusalem

– Ben Scribner, doctorant en Science de la communication à l’Université de Rome La Sapienza

3ème table ronde : Discriminations conjoncturelles ou structurelles ?

14h30 | Le sionisme, du colonialisme de peuplement à l’apartheid ?

14h50 | « Démocratique », « colonial », « ethnocratique » : retour sur la catégorisation du régime israélien

– Pierre Renno, enseignant en Science Politique à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne

15h10 | Le Tribunal Russell sur la Palestine et la question de l’apartheid

16h20 | Conclusions de la première journée

28 FÉVRIER

LE BOYCOTT D’ISRAËL, UNE MISE EN PERSPECTIVE

09h00 | Introduction

4ème table ronde : La campagne BDS

09h10 | Présentation de la Campagne internationale BDS, « Boycott, Désinvestissement, Sanctions »

– Omar Barghouti, membre fondateur de la campagne BDS palestinienne 09h30 | La résistance palestinienne : focus sur la résistance « populaire »

– Julien Salingue, doctorant en Science Politique, enseignant à l’Université d’Auvergne et membre fondateur du CCMO, Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient

09h50 | Leçons d’Afrique du Sud : retour sur le boycott de l’Apartheid

– Jacqueline Dérens, spécialiste de l’Afrique du Sud et militante anti-apartheid, auteure de « Nous avons combattu l’Apartheid »

5ème table ronde : BDS : Quelle légalité ? Quelle légitimité ?

11h20 | La légalité du boycott d’Israël

– François Dubuisson, professeur de Droit International à l’Université Libre de Bruxelles, expert entendu lors du Tribunal Russell sur la Palestine

11h40 | Les dispositifs de sanctions dans le Droit International et le cas israélien

12h00 | Comment l’Europe aide l’apartheid

– David Cronin, journaliste, auteur du livre « Europe’s Alliance With Israel : Aiding the Occupation »

6ème table ronde : un boycott académique d’Israël ?

14h30 | Les universités israéliennes peuvent-elles être neutres ? Le boycott académique d’Israël

– Ivar Ekeland, président honoraire du Conseil Scientifique de l’École Normale Supérieure et de l’Université Paris-Dauphine

14h50 | Table ronde d’universitaires français ayant pris position pour le boycott académique

– Olivier Le Cour Grandmaison (historien), Christine Delphy (sociologue), et d’autres intervenants.

16h00 | Conclusions de la seconde journée

NB : Les intervenants annoncés ont confirmé leur participation. Le reste du programme est encore sujet à modification. Toutes les informations sur http://collectifpalestineparis8.ove...

Infos & Résas : iawparis8@gmail.com


Communiqué en début d’article

Haut   Accueil
 
Ce site offre une vaste information issue de différentes sources et auteurs pour aider le public à se former librement une opinion. Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions de la CCIPPP, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous restons très attentifs à toute proposition de correction.

Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.protection-palestine.org ainsi que celui des traducteurs. Site réalisé par : CCIFP