21 août 2014
   
Partir en Palestine, agir, témoigner, rompre l'isolement : des citoyens avec le peuple palestinien
 
 
 
 
Accueil Informations
 
Imprimer Imprimer la page Partager Partager URL doc Syndiquer tout le site Syndiquer tout le site URL doc
"La séparation : entre folie et raison ?" suivi du communiqué de l’AFPS "injustifiable"

Fouad Imarraine (via UJFP)/AFPS
publié le mercredi 21 mars 2012.

mercredi 21 mars 2012 par Fouad Imarraine

Depuis quelques jours, nous vivons sous le choc des meurtres commis contre des soldats français, des enfants et un adulte juifs. Une situation qui nous plonge, après l’émotion, dans l’interrogation sur les raisons de ces meurtres. Des soldats français, tués en uniforme sur le territoire national, des enfants juifs tués froidement devant leur établissement scolaire et à l’intérieur de leur école. Et ce en plein jour.

Quel esprit raisonnable pourrait porter une telle détermination à assassiner froidement des enfants ? Cela ne peut être le fruit d’une pensée d’un individu « sain d’esprit ». La folie meurtrière s’exprime ici dans tout ce qu’elle porte d’effroi en elle.

Ce matin, nous apprenons que le tueur présumé, serait un jeune djihadiste enfermé chez lui à Toulouse et encerclé par l’élite de la police française tentant de l’arrêter. Mais déjà les commentaires vont bon train : le fondamentalisme est trop toléré en France, le conflit israélo-palestinien est importé par « on ne sait pas qui » mais qui a pour conséquence entre autres l’assassinat de juifs en France par un « islamiste djihadiste » ayant séjourné en Afghanistan.

Il est d’autant plus difficile de parler d’une affaire aussi dramatique qu’on est en période de campagne pour les élections présidentielles. Une campagne qui aura été marquée par la stigmatisation et la diffusion du discours de la haine.

Une campagne « suspendue » par Nicolas Sarkozy qui n’a pas hésité à tenir un discours insensé face à des enfants dans une école parisienne primaire. Dans une affaire aussi dramatique où l’émotion est à son comble, tout mot, tout acte peut être perçu d’une manière disproportionnée. Alors que dans pareille situation, la retenue est de rigueur, la condamnation va de soi, la réflexion est de principe.

Si la communauté musulmane, a été la cible de discours irresponsables, pendant la campagne présidentielle, elle devient la cible des regards avec cette série d’assassinats. Elle va être encore une fois stigmatisée, même si certains tenteront de nous rassurer qu’ils ne confondent pas la « minorité dangereuse » et la « majorité intégrée ». Mais il est évident qu’il sera encore une fois difficile de ne pas éviter la suspicion autour de cette communauté. Depuis les attentats de la fin des années 80 jusqu’à aujourd’hui, une espèce de réflexe premier s’installe car devenu évidence : l’islam, les musulmans, la Palestine, etc… sont source des violences qui viennent terroriser nos sociétés.

Si les condamnations face à l’horreur sont unanimes chez les musulmans, le débat ne profitera encore une fois qu’aux mêmes pour qui la stigmatisation est un sport national. Faire confiance à des hommes et à des femmes qui ne cessent d’incendier les esprits par le discours de la haine en des moments aussi dramatiques. Est-ce possible ?

Même si le moment est au recueillement, on ne peut s’empêcher de penser à l’après. Il est peu probable de croire que ces assassinats n’auront pas de conséquences graves sur une partie de la France. S’il était évident qu’il fallait rejeter toute posture de stigmatisation et de haine avant ce drame, il devient plus qu’urgent de ne pas céder un iota à une des menaces effectives de la République : celle de la séparation des français.

http://www.ujfp.org/spip.php?article2251


Injustifiable

AFPS, mercredi 21 mars 2012

Le tueur de trois soldats, d’origine arabe ou antillaise, puis de trois enfants et d’un pro­fesseur juifs à Tou­louse a été très rapi­dement identifié.

Il se récla­merait, selon le ministre de l’Intérieur, d’Al-Qaïda et pré­ten­drait avoir voulu, par ces assas­sinats, châtier l’engagement des troupes fran­çaises en Afgha­nistan et venger, en tuant des Juifs, la mort d’enfants palestiniens.

C’est une abomination.

Il n’y a aucune justification possible à ces agissements. Aucun argument.

La justice passe par le droit, et, s’agissant de conflits entre États et peuples, par l’application du droit international.

Seuls des ennemis de la paix et, au-​​delà, de l’humanité elle-​​même, peuvent pré­tendre y contribuer en ajoutant de la mort à la mort et en mêlant la folie à l’antisémitisme le plus ignoble.

L’Association France Palestine Soli­darité renou­velle ce jour les termes de son com­mu­niqué publié le lundi 19 mars. Nous condamnons avec force ces actes bar­bares et assurons toutes les familles des vic­times de notre plus totale solidarité.

Nous appelons à refuser tous les amal­games, toutes les stig­ma­ti­sa­tions. Le racisme sous toutes ses formes, l’antisémitisme et l’islamophobie sont des poisons dan­gereux qui doivent être combattus.

Nous appelons nos adhé­rents, nos sym­pa­thi­sants et tous ceux qui veulent agir pour une paix juste et durable entre Israé­liens et Pales­ti­niens à faire preuve du plus grand sang froid : le racisme, l’antisémitisme, l’islamophobie ne pas­seront pas !

La situation au Proche-​​Orient ou en Afgha­nistan, qui sert de pré­texte à ces folies meur­trières, suppose tout autre chose que ces barbaries.

Pour le Proche-​​Orient elle impose urgemment un règlement poli­tique juste, fondé sur la stricte base du droit international.

Tout – abso­lument tout – ce qui défait ou qui s’éloigne de ce droit est injus­ti­fiable et condamnable.

http://www.france-palestine.org/Inj...


Fouad Imarraine (via UJFP)/AFPS

Haut   Accueil
 
Ce site offre une vaste information issue de différentes sources et auteurs pour aider le public à se former librement une opinion. Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions de la CCIPPP, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous restons très attentifs à toute proposition de correction.

Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.protection-palestine.org ainsi que celui des traducteurs. Site réalisé par : CCIFP