27 juillet 2014
   
Partir en Palestine, agir, témoigner, rompre l'isolement : des citoyens avec le peuple palestinien
 
 
 
 
Accueil Arts et Culture
 
Imprimer Imprimer la page Partager Partager URL doc Syndiquer tout le site Syndiquer tout le site URL doc
Dès cet instant “tu” est un autre ! (Mahmoud Darwish)

17 juin 2007
publié le mardi 19 juin 2007.

Photo : « Palestine : la déchirure » : Luc Chery à Labouheyre


Dès cet instant “tu” est un autre ! (Mahmoud Darwish)

"Journal" Mahmoud Darwish

Al-Ayyam, 17 juin 2007


Nous fallait-il tomber de si haut et voir notre sang sur nos mains.. pour nous apercevoir que nous n’étions pas des anges.. comme nous le pensions ?

Et nous fallait-il aussi dévoiler nos tares en public, afin que notre vérité ne demeure plus vierge ?

Comme nous avons menti lorsque nous avons dit : nous sommes une exception !

Te prendre au sérieux est pire que de mentir aux autres !

Montrer de l’amabilité envers qui nous hait et de la dureté envers qui nous aime, témoigne de la servilité du vaniteux et de l’arrogance du misérable !

Ô passé ! Fais que nous ne changions pas… à mesure que nous nous éloignons de toi !

Ô futur : ne nous demande pas : Qui êtes-vous ?

Et que voulez-vous de moi ? Nous non plus ne le savons pas.

Ô présent ! Témoigne-nous d’un peu d’indulgence, nous ne faisons que passer notre chemin, passants importuns !

L’identité c’est ce que nous laissons en héritage et non pas ce dont nous héritons, ce que nous inventons et non pas ce dont nous nous souvenons. L’identité c’est la perversité du miroir qu’il nous faut briser chaque fois que l’image reflétée nous séduit !

Il a mis son masque, rassemblé son courage, et a tué sa mère.. parce que c’est elle qu’il a pu trouver comme gibier.. et parce qu’une soldate l’avait arrêté, s’était dénudée les seins devant lui, et lui avait demandé : est-ce que ta mère en a de pareils ?

N’étaient la pudeur et les ténèbres, je me serais rendu à Gaza, sans être instruit ni du chemin qui mène à la demeure du nouvel Abu Sufiane [1] ni du nom du nouveau prophète !

Et si Muhammad n’était pas le Sceau des Prophètes, [2] chaque bande aurait eu son prophète et chaque compagnon sa milice !

Juin nous a ravis en sa quarantième commémoration : si nous ne trouvons pas celui qui peut nous vaincre à nouveau, nous nous imposerons la défaite nous-même, de nos propres mains, afin de ne pas oublier !

Malgré ton assiduité à fouiller mes yeux.. tu n’y rencontreras pas mon regard. Il est l’otage d’un scandale !

Mon cœur n’est pas à moi… ni à personne. Il s’est détaché de moi, sans se changer en pierre.

Sait-il, celui qui proclame par-dessus la dépouille de sa victime-son frère : "Dieu est le plus grand", sait-il qu’il est un mécréant parce qu’il se représente Dieu à son image à lui : plus petit qu’un être humain de constitution normale ?

Le prisonnier convoitant d’hériter de la prison a dissimulé le sourire de la victoire devant la caméra. Mais il n’a pas réussi à contenir la joie qui ruisselait de ses yeux.

Peut-être parce que le texte impétueux était plus fort que l’acteur.

Quel besoin avons-nous des narcisses puisque nous sommes palestiniens ?

Et tant que nous ne savons pas différencier entre la mosquée ( jâmi’) et l’université (jâmi’a), tous deux participant de la même racine linguistique, quel besoin avons-nous d’un Etat.. puisque celui-ci et le temps fuient vers un même destin ?

Une grande banderole à la porte d’une boîte de nuit : Bienvenue aux palestiniens de retour du front. L’entrée est gratuite ! et notre alcool ne saoûle pas..!

Je ne peux défendre mon droit au travail comme cireur de chaussures sur le trottoir.

Parce qu’il est du droit de mes clients de me prendre pour un voleur de chaussures – c’est ce que m’a dit un professeur d’université.. !

"Moi et l’étranger contre mon cousin. Et moi et mon cousin contre mon frère. Et moi et mon cheikh contre moi-même." [3] Telle est la première leçon d’éducation civique, nouvelle version, dans les cachots enténébrés.

Qui entrera au paradis en premier ? Celui tué par les balles de l’ennemi ou celui qu’ont tué les balles d’un frère ?

Certains jurisconsultes disent : Il est possible que tu trouves un ennemi en celui qui fut enfanté par ta mère..!

Les fondamentalistes ne m’exaspèrent pas, ils sont croyants à leur manière. Ceux qui m’exaspèrent ce sont leurs partisans laïques, leurs partisans athées, dont la foi ne sacrifie qu’à un dieu unique : leur image à la télévision..!

Il me demande : Un garde affamé se doit-il de défendre une maison dont le propriétaire est parti passer ses vacances d’été sur la Riviera française ou italienne.. peu importe laquelle ? Je dis : Non, il ne doit pas la défendre..!

Et il me demande : Est-ce que moi + moi = deux ? Je dis : Toi et toi cela fait moins qu’un..!

Je n’ai pas honte de mon identité, elle est encore en voie de création. Mais j’ai honte de certains extraits des Prolégomènes d’Ibn Khaldoun.[4]

Dès cet instant, "tu" est un autre !


[NdT]

[1] Abu Sufiane ibn Harb, était l’un des plus éminents dirigeants de la tribu des Qoreish, père de Mouawia (fondateur de la dynastie des Omeyyades). Il jouissait d’une grande notoriété à la Mecque à l’époque où le Prophète entreprit sa prédication, mais il combattit l’Islam de toutes ses forces et causa d’énormes dégâts aux musulmans. La veille de l’entrée du Prophète à la Mecque où il revenait en conquérant (630), Abu Sufiane se convertit à l’Islam. Le Prophète lui pardonna ainsi qu’à sa femme Hind qui avait mutilé les cadavres des musulmans lors de la bataille d’Uhud. La ville fut prise sans effusion de sang ; rassurant ses anciens ennemis, le Prophète eut ce mot célèbre : "Qui entre en la demeure d’Abu Sufiane sera en sûreté."

[2] Sceau des Prophètes : c’est l’expression consacrée pour parler du Prophète de l’Islam décrit dans le Coran comme le dernier prophète, qui ne sera suivi par aucun autre.

[3] Parodie du proverbe arabe : "Mon frère et moi contre mon cousin, mon cousin et moi contre l’étranger" (cf Le sel de la conversation, Arlette Tadié, Maisonneuve & Larose)

[4] Ibn Khaldoun est un historien et philosophe arabe (Tunis 1332 – Le Caire 1406). Philosophe de l’histoire, il est aussi considéré comme le précurseur de la sociologie. Son œuvre principale, "Livre des considérations sur l’histoire des Arabes, des Persans et des Berbères", est précédée d’une longue "Introduction" ( Muqaddima), mot généralement traduit par Prolégomènes. Cette "Introduction" constitue à elle seule un volume dans lequel Ibn Khaldoun expose les méthodes de sa science. Thèmes principaux des Prolégomènes : la constatation que l’Etat se construit par la force, le luxe le pourrit, d’autres forces naissent qui prennet le pouvoir, poursuivent le cycle ; description des liens de parenté (la ’asabiyya) qui fondent les sociétés de l’époque et constituent leur moteur.

Traduction M.A.

Mahmoud Darwish, "Journal",

Al-Ayyam, 17 juin 2007

Mahmoud Darwish, Journal, Al-Ayyam, 17 juin 2007


17 juin 2007

Haut   Accueil
 
Ce site offre une vaste information issue de différentes sources et auteurs pour aider le public à se former librement une opinion. Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions de la CCIPPP, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous restons très attentifs à toute proposition de correction.

Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.protection-palestine.org ainsi que celui des traducteurs. Site réalisé par : CCIFP