22 décembre 2014
   
Partir en Palestine, agir, témoigner, rompre l'isolement : des citoyens avec le peuple palestinien
 
 
 
 
Accueil Informations
 
Imprimer Imprimer la page Partager Partager URL doc Syndiquer tout le site Syndiquer tout le site URL doc
L’horrible réalité des produits de beauté fabriqués dans les colonies israéliennes

Adri Nieuwhof - The Electronic Intifada via Alterinfo
publié le vendredi 7 août 2009.

Paris, le 16/07/09

Israël bénéficie d’un libre-échange avec l’Europe pour ses produits industriels en vertu de l’accord d’association signé avec l’Union Européenne en 2000. Le 5 Novembre 2008, Yakov Ellis, le PDG de la société israélienne de cosmétiques Ahava, avait déclaré dans l’émission Today de la BBC que sa société avait bénéficié du libre échange avec l’UE. Ahava possède des magasins à Londres et à Berlin, et a signé en 2008 un contrat avec la chaîne de parfumerie française, Sephora, qui a des magasins dans toute l’Europe, en Amérique du Nord, en Asie et au Moyen-Orient.

Ahava fabrique ses produits cosmétiques en Cisjordanie occupée, en utilisant les minéraux de la Mer Morte. Les produits de beauté de l’entreprise sont importés dans l’UE et présentés comme provenant de "La mer Morte, en Israël". Les produits israéliens originaires de Cisjordanie ne sont pas censés bénéficier d’un importation détaxée vers l’UE.

Ahava est basée dans les colonies de Mitzpe Shalem et de Kaliya en Cisjordanie occupée. Ahava est propriétaire de 34% du kibbutz de Mitzpe Shalem et de 6% de celui de Kaliya. Les colonies Mitzpe Shalem et Kaliya sont proches des rives de la Mer Morte et elles l’exploitent pour le tourisme.

Même si un tiers de la rive ouest de la Mer Morte se trouve en Cisjordanie Occupée, Israël a interdit l’accès à l’ensemble du littoral de la Mer Morte et à ses ressources aux Palestiniens de Cisjordanie.

Kaliya a été créé en tant qu’avant-poste de l’armée peu après la guerre de 1967 au cours de laquelle les forces israéliennes ont occupé la Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est) et la bande de Gaza, la péninsule du Sinaï de l’Égypte et le Plateau du Golan de la Syrie.

Selon la Coalition Israélienne des Femmes Pour la Paix, Ahava fabrique ses produits dans l’usine de cosmétiques de la Mer Morte Ahava installée dans la colonie de Mitzpe Shalem. La société gère également un centre pour touristes dans la même colonie.

Dans sa décision qui fait autorité, la Cour internationale de Justice a réaffirmé en 2004 l’illégalité de la construction de colonies de peuplement, ce qui inclut la construction de sites industriels dans les colonies. L’usine Ahava et le centre pour touristes existent donc en violation du droit international.

Le PDG d’Ahava, Ellis, a déclaré à la BBC que son entreprise pouvait contourner la règle selon laquelle les produits en provenance des territoires palestiniens occupés sont exclus de la détaxe à l’importation en Europe, parce qu’Ahava possède ses bureaux près de Tel Aviv, en Israël. Toutefois, les règles européennes sur l’origine du produit font référence à l’endroit où le produit, ou la plupart du produit, a été fabriqué, et non pas à l’endroit où les bureaux de l’entreprise sont installés.

Malgré ce subterfuge, Ahava devrait payer des taxes à l’importation aux pays de l’UE. Les agents des douanes britanniques avaient exprimé à la BBC leurs vives inquiétudes quant au fait que les produits israéliens fabriqués dans les colonies de Cisjordanie occupée puissent éviter les taxes à l’importation avant d’arriver dans les rues de Grande-Bretagne.

On ne sait pas clairement si et comment les Etats membres de l’UE surveillent l’accord de libre échange. S’il se passe la même chose dans les pays de l’UE qu’au Royaume-Uni, la situation est préoccupante.

Un membre du Parlement Britannique appartenant au Parti Travailliste au pouvoir, le Dr Phyllis Starkey, a posé des questions sur le sujet au Ministre du Commerce, Stephen Timms, le 17 Novembre 2008. Timms a répondu qu’entre Février 2005 et Janvier 2008, plus de 75.000 cargaisons étaient entrés chaque année au Royaume-Uni en provenance d’Israël. Au cours de cette période, les exportateurs israéliens avaient été obligés d’indiquer le lieu de production sur la preuve des documents d’origine.

Timms a précisé qu’il n’était pas au courant d’enquêtes menées par la Commission Européenne pour déterminer si les importateurs israéliens appliquaient les règles concernant les marchandises imposables. Timms a expliqué que sur une période de trois ans, HM Revenue and Customs, le Département des douanes et des impôts britannique, a présenté 21 demandes d’informations auprès des autorités douanières israéliennes pour savoir si les produits provenaient de l’intérieur d’Israël ou des colonies israéliennes dans les territoires occupés. Il a reçu une réponse à 13 de ces demandes, et il s’est avéré que six cargaisons provenaient de colonies israéliennes. Bien que les exportateurs israéliens aient violé les règles, aucune amende n’a été imposée.

Ahava fait une vive promotion pour l’exportation de ses produits cosmétiques. Déjà, ses ventes dans 25 pays représentent environ 50% l’activité de l’entreprise. Les clients du monde entier doivent être informés qu’Ahava est fortement liée aux colonies de peuplement illégales en Cisjordanie occupée.

Malgré cela, et malgré le fait que la société utilise les minéraux de la mer Morte alors qu’Israël interdit l’accès des Palestiniens à leurs propres rives de la Mer Morte, des militants en France et aux États-Unis ont récemment lancé des campagnes contre la vente des cosmétiques Ahava.

La semaine dernière, une "brigade bikini" de Code Pink, le mouvement américain anti-guerre, a protesté dans la capitale américaine, près des magasins de cosmétiques, leurs corps enduits de boue et où était inscrit le slogan "Ahava est une entreprise sale."

En France, le 16 Juillet, un groupe de 30 femmes se sont rendues dans le magasin de produits de beauté Sephora sur les Champs Elysées à Paris pour protester contre la vente des produits Ahava, en invitant le public à soutenir leur protestation et à envoyer des messages à Sephora.

Voir la vidéo de l’action organisée dans le cadre de la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) et intitulée "Ahava, produit des colonies, on n’en veut pas" ici :

http://campagneboycott.blogspot.com/2009/07/action-boycott-sephora-le-160709-paris.html

source :

http://www.alterinfo.net/L-horrible-realite-des-produits-de-beaute-fabriques-dans-les-colonies-israeliennes_a35411.html

http://electronicintifada.net/v2/article10691.shtml


Adri Nieuwhof - The Electronic Intifada via Alterinfo

Haut   Accueil
 
Ce site offre une vaste information issue de différentes sources et auteurs pour aider le public à se former librement une opinion. Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions de la CCIPPP, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous restons très attentifs à toute proposition de correction.

Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.protection-palestine.org ainsi que celui des traducteurs. Site réalisé par : CCIFP